La nouvelle version d'HEVA
 
Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Pepper ⊰ J’oublie toujours, de t’oublier...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 34
Points : 1219
Ici depuis : 10/03/2015

MessageSujet: Pepper ⊰ J’oublie toujours, de t’oublier... Mar 10 Mar - 0:56

Pepper S. O'Connor

Ft Jennifer Morrison - tumblr


NOM ► O'Connor PRÉNOMS ► Pepper Stacy SURNOM(S) ► Pep's est le plus couramment utilisé, avec Pépin par sa princesse adorée, Pepe l'était il y a longtemps, mais elle détestait ça, Little Girl était le surnom qu'utilisait son frère pour l'interpeller et bien évidemment, maintenant, elle ne supporte plus qu'on l'appelle ainsi ÂGE ► 29 printemps DATE DE NAISSANCE ► 03 juin LIEU DE NAISSANCE ► l'hôpital public de Savannah ORIENTATION SEXUELLE ► hétérosexuelle STATUT CIVIL ► vieille fille solitaire MÉTIER ET/OU ÉTUDES ► Propriétaire d'un café librairie, le Coffee-O-Logy QUALITES ► honnête + sincère + cœur d'or + aimante à la déraison + franche + déterminée + persuasive + courageuse + fidèle + loyale + audacieuse + ... DEFAUTS ► impulsive + bornée + orgueilleuse + rancunière + trop sérieuse + farouche + possessive + introvertie + solitaire + cachée derrière une forteresse + refuse de s'attacher + ... GROUPE ► Cotton Candy


Laisse-nous te connaitre


+ J'ai associé mon amour du café, des livres et de la cuisine en ouvrant mon propre café-librairie. Tous les matins, j'y prépare moi-même toutes les gourmandises que je vends dans mon établissement, avec au menu quelques irréductibles, mais également deux exclusivités chaque semaine. + Je l'aime. Je l'aime déraisonnablement, inconditionnellement, sans pouvoir m'en empêcher, malgré tous mes efforts, mais cet amour me tue. Le manque de lui, la douleur que me procure l'idée de le perdre à jamais, le vide laissé par son absence,... Je l'aime à en mourir et je finis par le haïr d'autant l'aimer... + L'inactivité conduit à penser. Penser conduit à réfléchir. Réfléchir conduit à réaliser. Réaliser conduit à souffrir. Je préfère de loin garder toujours l'esprit occupé. Depuis que j'ai quitté Emrys, je suis devenue une bourreau de travail, une obsédée de ma carrière professionnelle, une boulimique de sport... tout plutôt que de me poser pour réfléchir. + Perdre les choses m'effraie plus que tout, alors je vérifie de manière compulsive que j'ai toujours en ma possession certaines choses, comme le pendentif de ma mère, le lacet des chaussures préférés de mon frère (que je porte autour du poignet), le peu que j'ai emporté d'Emrys, soigneusement enfermé dans une boite à chaussure au fond de mon placard, etc. + ...

J'AIME + Lire un bon livre, un café à la main + Le sucre + Le chocolat + Cuisiner + Jayleen + Le sport + La téquila + Emrys + Les soirées plateau-télés + Les soirées filles avec Jayleen + Mon traiteur chinois préféré + Les animations Disney + Le son de la pluie sur le toit + La mode + Prendre soin de mon apparence + La fête foraine + Un bon bain chaud, un verre de vin, de la musique douce et pleins de bulles dans l'eau (sauf que maintenant, je n'ai plus qu'une douche) + Les enfant et le rêve impossible d'un jour porter le mien + Et d'autres petites choses...

JE N'AIME PAS + Les histoires qui n'ont pas de happy end + Emrys + L'intolérance + Les jours de congés + La solitude + Les endroits trop peuplé + Les gens qui blessent Jayleen + Les huîtres + La vénalité + Prendre soin de moi et profiter de soins de bien être, comme j'aimais tant avant + Les coupures pubs + Ce à quoi je ressemble dans un miroir le matin et le soir + Et d'autres choses...


Et ta vie, ça donne quoi ?


★ Es-tu née à Savannah ? Si oui, comment trouves-tu la ville et aimerais-tu la quitter ? Si non, pourquoi être venue ici ? Oui, je suis née à Savannah et j'y ai toujours vécu. Hormis quelques voyages avec ma mère et mon frère, avec les Snow-White ou juste en amoureux, avec Rhys, je n'ai jamais quitté Savannah. Pas même pour mes études, pas même pour changer d'air. Non. J'aime cette ville qui m'a tend apporté et tant pris aussi. Ma vie est ici et je ne l'imagine nulle part ailleurs. Je suis née ici, j'y ai grandi, j'en connais chaque rue, chaque coin, chaque aspect et chaque spécificité. J'ai trouvé mon âme sœur amicale ici, je suis tombée amoureuse, j'ai trouvé l'amour de ma vie, j'ai perdu ma famille et ruinée ma vie. J'ai fondé mon entreprise et j'ai lutté pour l'imposer, pour la qualité et le succès que j'ai maintenant. C'est donc une évidence pour moi. Je vieillirais dans cette ville. J'y verrais mes amours s'épanouir et je traverserais ma vie avec pour unique repère cette ville que je ne connais que trop bien. Je vivrais ma retraite ici et je mourrais ici... C'est à peu près tout ce qui est certain dans ma vie...

★ Quel est le moment où tu as été la plus heureuse et pourquoi ? Heureuse ? Je l'ai tellement été auparavant. Il me suffisait d'être allongé dans un lit, les bras d'Emrys autour de moi, pour que le monde soit un vrai délice. Difficile de dire quand j'étais la plus heureuse alors. Était-ce quand nous étions jeunes et insouciants et qu'il me serrait dans ses bras en posant des baisers distraits sur mon front ou ma joue, alors que je caressais sa peau sous son T-shirt ? Était-ce quand il avait dit que j'étais belle et m'avait embrassé pour la première fois ? Ou bien était-ce quand Emrys m'avait demandé d'emménager avec lui ? Dieu, de même moments heureux, je ne suis certaine que d'une chose, c'est que toutes impliquent Emrys, de près ou de loin. Sa simple présence suffisait autrefois à faire de moi la plus heureuse de toutes.

★ Quelle est ta plus grande peur ? Le perdre. Les perdre. Eux. Tout ce qu'il me reste aujourd'hui, c'est Emrys, Jayleen et leur père. Perdre l'un d'entre eux me tuerait. C'est pourquoi j'ai quitté Rhys. C'est pourquoi j'ai cru, bêtement, que l'adage « loin des yeux, loin du cœur » pourrait marcher et qu'en m'éloignant de lui, en faisant en sorte qu'il me déteste et passe à autre chose, trouve l'amour auprès d'une autre, le perdre définitivement serait plus facile à supporter. Je sais aujourd'hui que c'est complètement faux, mais comment revenir en arrière ? Les cauchemars sont toujours là, chaque nuit, je perds l'un d'entre eux dans un accident de voiture, souvent Emrys, quelques fois Jay ou leur père, d'autres fois encore, les trois à la fois. Les cauchemars me paralysent et quand bien même je n'ai pas été capable de m'éloigner de Jay, ayant trop besoin de sa joie de vivre et de son éternel optimisme pour croire encore que la vie peut-être vécue et non survécus, Emrys reste ma plus grande peur et mon plus grand regret. Chaque fois que j'entends son nom, chaque fois que je vois son visage, je suis juste terrifiée à l'idée de le voir pour la dernière fois...

★ Pour toi, qu'est-ce que le bonheur ? Ah, le bonheur. Quelle belle utopie. Le bonheur, c'est le privilège des autres. C'est ce dont je me suis privée pour ne pas prendre le risque de souffrir mille fois plus lorsque la vie me l'enlèvera. Parce que j'étais heureuse avant. Emplie de bonheur, même. Sans père, certes, mais avec la meilleure des mères de la Terre et le frère le plus génial du monde. J'avais même une sœur qui, si elle n'en avait pas le sang, n'en avait pas moins le cœur et un amour infini pour l'homme de ma vie. Et puis tout s'est effondrée. Alors, j'ai mis fin à mon propre bonheur. J'ai quitté l'amour de ma vie. J'ai passé sous silence mes peurs et mes raisons de faire et j'ai juste continué d'affronter la vie, sans autre but que celui de réussir à faire de mon entreprise quelque-chose de grand. Sans autre idée du bonheur que celle que ce n'est pas quelque-chose de fait pour moi. J'espère juste que Jayleen et Emrys pourront trouver le leur...

★ Comment se passent tes relations avec ta famille ? T'entends-tu bien avec eux ou ça reste conflictuel ? Quelle famille ? Je n'ai plus de famille. Mon père ? Je ne sais même pas qui c'est. Ma mère ? Décédée avec mon frère, au moment où toute ma vie était des plus parfaites. Alors, tout ce qu'il me reste, de semblant de famille, c'est ma sœur de cœur, ma Jayleen et son père, qui est, depuis des années lui aussi, comme un père de cœur. Je ne vois ce dernier plus aussi souvent que je ne le voudrais, cependant, parce qu'à chaque fois, j'ai peur de me retrouver face à cette chose que je tais et que je ne veux surtout pas avoir à affronter. Ce regard azur et cette chaleur qui m'a enivré depuis l'enfance. Emrys. Que ce soit par les mots de son père, par son arrivée impromptue ou par tous autres gestes lui appartenant, surpris dans les gestes de son père, je ne veux... Non, je ne peux l'affronter. Alors, je suis une fille de cœur lointaine, une sœur de cœur présente, mais discrète sur sa propre vie, mais je ne suis plus que ça. Je ne suis plus une fille de sang, ni une petite sœur, ni une compagne. Je suis une orpheline. Un point c'est tout. Et ça fait mal, parce qu'aussi atypique qu'était ma famille, elle était parfaite. Pleine de joie, d'amour et de présence. Pas un jour les uns sans les autres. Pas un jour sans nos rires et nos câlins. Ma famille ? Elle me manque, à m'en déchirer le coeur.

★ Qu'est-ce qui te rend heureuse la plupart du temps ? Et malheureuse ? Je ne sais plus trop ce qu'heureuse veut dire, malheureusement. Chaque bon moment est entaché par les absences et le manque des gens que j'aime. Mais parce qu'il faut survivre, j'ai appris à me contenter des petites joies du quotidien. L'optimisme légendaire de Jayleen, ses sourires sincères. Je crois que je m'attache plus à son bonheur à elle qu'au mien. Quand elle va mal, je laisse mon propre mal m'envahir, mais quand elle est comblée, je ne peux que sourire et dire combien la vie peut-être belle et douce, parce qu'entacher son bonheur serait la pire des choses que je pourrais faire. Mon malheur, en revanche, lui est quotidien. Il atteint son paroxysme le matin, quand je me réveille seule dans mes draps froids et le soir, quand je me couche dans mon petit appartement tristement silencieux, seule et terrifiée à l'idée d'une nouvelle nuit de cauchemar. Son absence me rend malheureuse, mais mon orgueil et ma peur de le perdre, me contraigne à m'y astreindre et à trouver mon bonheur dans celui de ma sœur de cœur, plutôt que dans ma vie.

★ Quelle est ta plus grande fierté ? Sans conteste mon entreprise. J'ai mis mon cœur et mon âme dans le Coffee-O-Logy. J'ai suée sang et eaux pour en faire un lieu dont on parle pour son bon café, ses pâtisseries à se damner et ses livres toujours plus intéressants à lire. Ma vie ne tourne presque qu'autour du café et je passe des nuits entières à dénicher des livres en tout genre, édition de poches ou grands classiques. Je montre avec fierté, dans des vitrines fermées à clés, quelques ouvrages qui valent leur petit pesant d'or et ne demande qu'à trouver un collectionneur qui pourra les apprécier à leur juste valeur. Je sers avec fierté le meilleur des cafés de la ville et suis la plus heureuse des propriétaires quand je trouve une nouveauté à présenter comme édition limitée du moment. Et rien ne me réjouis plus que de voir un client se régaler avec l'une des pâtisseries que j'ai mis tout mon cœur à préparer depuis l'aurore. Bourreau de travail, je n'en suis pas moins fier de l'établissement que j'ai su créer et quand je vois ce que j'en ai fait aujourd'hui, je me dis que je n'ai pas tout perdu et que cela, au moins, personne ne pourra me le prendre injustement. Mon entreprise florissante est sans doute le seul amour que je puisse me permettre d'avoir, après tout...

★ Quelle est ta plus grande faiblesse ? Emrys... Ou plutôt ma peur de le perdre et de ne pas pouvoir y survivre. Cette peur me paralyse littéralement et me fait faire les pires bêtises, comme me plonger dans mon travail pour oublier mes malheurs, mais surtout l'avoir quitté en pensant que cela me permettrait de mieux supporter sa perte. Oui, la peur de perdre Emrys est ma plus grande faiblesse, mais l'homme l'est tout autant, parce que dieu seul sait comment je peux réagir lorsque son nom est prononcé au décours d'une conversation. Le perdre définitivement me serait insupportable, mon seul désir est qu'il soit heureux, même sans moi, mais ma plus grande douleur serait de le voir au bras d'une autre. Le garder loin de moi est la meilleure des choses pour son bien et pour le mien, mais je sais exactement comment mon corps réagi sous son toucher, sous sa chaleur et j'ai bien peur que malgré toute ma volonté, je serais trop faible pour lui résister s'il décidait vraiment de tout faire pour me reconquérir. Parce que je l'aime toujours, bien sûr et que l'amour est une faiblesse quand votre vie prend le tournant que la mienne a pris.

★ Comment vois-tu ton avenir ? Honnêtement, je préfère ne pas me poser la question. Ne rien voir, ni imaginer est encore la meilleure des solutions. Vivre au jour le jour et laisser l'existence me porter sans penser au lendemain. Mais je suis ma propre patronne et je tiens un café-librairie et je ne peux pas laisser l'avenir au hasard pour réussir. Il me faut voir plus loin, imaginer la suite, les évènements à organiser pour fidéliser les clients et en attirer de nouveaux. Alors l'avenir, bien évidemment que j'y pense. Le ''Et après ?'' à qui nous sommes tous soumis. Il y a longtemps, je le voyais radieux. Je nous voyais, Emrys et moi, quitter notre appartement pour une maison en périphérie de la ville. Une belle petite maison où nous aurions pu fonder notre famille. Je m'imaginais sans mal portant ses enfants, heureuse en contemplant le regard azur d'un bébé, si ressemblant à son amour de père. Je voyais Jay sourire dans sa robe de demoiselle d'honneur, le jour de notre mariage à Rhys et moi. Je voyais les enfants de Jay courir partout dans le jardin avec les nôtres, un garçon et une fille. Je nous voyais heureux, tous et toutes. Dan serrant tendrement une belle demoiselle dans ses bras, caressant son ventre en disant comme il était fier d'être à nouveau père. Maman et les pères et Jay et Rhys, riant, comblés par tous ces petits enfants. Aujourd'hui, il n'y a plus rien de tout cela. Il y a encore Jay en maman, certes. Mais la tata heureuse que j'étais avant dans mes rêves n'a plus qu'un sourire factice, à peine rendu sincère par le bonheur sur le visage de ma meilleure amie. Ma mère, mon frère et sa compagne, le père de Jayleen et Emrys, sont absents du tableau et Rhys est là, au fond d'un jardin qui n'est aucunement le mien, souriant à peine dans les bras d'une autre et me maudissant du regard chaque fois que mes yeux ont le malheur de se poser sur lui. Je me vois vieillir, seule et triste, tellement obnubilé par mon travail que je n'ai même plus de maison, que je dors à moitié sur le comptoir avant de reprendre le travail pour une nouvelle longue journée. Je me vois vieille à l'extrême et toujours plus seule, pleurant désespérément un Rhys partit dans la fleur de l'âge, d'une manière totalement injuste, Jayleen brisée par cette nouvelle perte tragique, m'en voulant à mort de n'avoir été qu'un fantôme pendant tant d'années, mais incapable de me le reprocher, parce que trop douce, trop gentille, trop Jayleen... Mon avenir tiens plus du cauchemar que du rêve, mais je commence à m'y habituer, après tout. Dans l'avenir, je serais sans doute la vieille O'Connor, la vieillarde solitaire, qui déteste les gens et n'aime que ses chats... Un peu comme cette vieille Murphy au dernier étage de mon immeuble. Celle dont je plains le passé, qui a dû être bien sombre pour la rendre si aigrie...


Toi derrière l'écran


PSEUDO/PRÉNOM ► Lil' ÂGE ► 24 ans SEXE ► féminin, oui, oui. PAYS/RÉGION ► On dirais le Suuuuuud TU NOUS AS CONNU COMMENT ? ► Ouf, c'était il y a longtemps, il avait fallu que j'aille chercher dans la fiche de mon ancien perso, avant que je prenne Pepper sur l'autre forum, qui m'avait dis que c'était via heu... dépendant des jours ! PRD ou partenariat, je savais déjà plus trop à l'époque. POURQUOI T'ETRE INSCRIT(E) ? ► Parce que Pepper et Emrys me vendent du rêve tous les jours et que reprendre Pep's a été l'idée du siècle, surtout quand Elina est arrivée pour prendre Emrys et que j'vais plus lâcher mes Snow-White d'amour et Michaela maintenant que j'suis là ! UNE PROPOSITION OU SUGGESTION A NOUS FAIRE ? ► Heu... Toujours pas qui me vienne, mais si jamais, je vous fais signe Ah si, je sais en fait ! Pourquoi j'vois pas ma signature, alors que normalement tout est fait pour qu'elle apparaisse ? UN DERNIER TRUC A DIRE  ? ►



Dernière édition par Pepper S. O'Connor le Mar 10 Mar - 16:53, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 34
Points : 1219
Ici depuis : 10/03/2015

MessageSujet: Re: Pepper ⊰ J’oublie toujours, de t’oublier... Mar 10 Mar - 0:56

Et ta vie, ça donne quoi ?


On ne retrouve que des détails, tous ces p’tits rien dont on parle rarement, et on revit certains moments forts même si on n’a pas vraiment envie. C’est tout ça mis ensemble qui restitue une présence. Et on prend conscience du manque, et de la haine qu’on ressent pour celui qui a tout détruit...

Chapitre 1 – Au nom du père.
De cet homme inconnu sans qui je ne serais pas là, je n'ai jamais rien su, hormis un nom : Steward. Enfin je croyais que c'était son nom lorsque j'étais petite fille. Il me fallut des années pour comprendre le vrai sens de la phrase : « Ton père était un steward », tant de fois prononcé par ma mère lors de mes incessants interrogatoires. Parce que petite fille, je voulais à tout prix comprendre, savoir, connaître cet homme qui n'avait aucune existence dans nos vies. Daniel ne cessait de me dire de me taire, de ne pas poser plus de questions sur cet homme qui nous avait abandonné le jour où il avait appris que j'allais venir au monde, mais je n'étais qu'une enfant et je ne comprenais pas. « Mais pourquoi ? », ne cessais-je de demander. « Jayleen a deux papas elle. Pourquoi moi je n'en ai même pas un ? » Il faut croire que la réponse demandait un grand effort intellectuel, parce que maman et Daniel prenaient toujours le temps de la réflexion avant de répondre. « Mais Jayleen n'a pas de maman. Chaque famille est différente, little girl. La notre n'a pas de papa, mais n'en est pas moins pleine d'amour. »
Et ils avaient raison dans le fond. Nous n'avions pas besoin de papa, quand nous avions l'amour qu'il y avait entre nous. Pour maman, nous étions les plus beaux trésors de l'univers, Daniel et moi. Et pour Daniel, j'étais le plus précieux des trésors et maman la plus belle des mamans. Quant à moi, j'aimais ses deux êtres plus que ma propre vie. « On pourrait demander aux papas de Jayleen d'être nos papas. Et toi maman, tu serais la maman de Jay... »

Chapitre 2 – O'Connor et Snow-White.
Ça n'était qu'une proposition enfantine, c'était devenu notre belle réalité. Jay et moi avions eu un véritable coup de foudre amical l'une pour l'autre, dès le bac à sable et dès lors, nous ne nous étions plus quittés. Alors, ses parents, évidemment, étaient entrés dans ma vie et ma famille était entrée dans la sienne. Très vite, je me liais aux pères Snow-White et Jayleen devint comme une sœur pour moi, une qui venait dormir à la maison, était cajolée par ma mère lorsque ça n'allait pas et subissait les attentions protectrices et les inquiétudes de Daniel au même titre que moi, sa little girl.
Et dans toute cette étrange famille que nous avions composé, il y avait lui... Rhys... Emrys Snow, le frère de Jayleen, le garçon le plus mignon que je n'avais jamais vu. Bon, je dois avouer qu'au début, il n'était rien de plus que le frère de celle que je considérais comme ma sœur, mais comment le voir autrement ? J'avais dix ans et je passais mes journées allongées sur son lit parce que Jayleen adorait passer ses jours avec moi et avec lui aussi. Je me collais contre lui l'hiver parce que j'avais froid et qu'il était toujours chaud et que, comme Daniel, il passait toujours son bras autour de moi pour que j'arrête de trembler comme une feuille en regardant la neige tomber dehors. J'avais continué de me coller à lui l'été, parce que sa présence était rassurante et que c'était devenu un rituel aussi imprimé dans mes veines que l'étaient les journées à refaire le monde avec Jay ou à jouer à des jeux de sociétés en riant chaque fois qu'elle faisait les yeux doux à son frère en adoration devant elle pour qu'il accepte que nous jouions dans sa chambre et sur son lit.
Je devais avoir quatorze ans quand les câlins ont changé de nature. Quand j'ai commencé à emmêler mes jambes aux siennes, à glisser mes pieds gelés contre ses chevilles pour qu'il les réchauffe, quand ses mains ont commencé à dessiner des arabesques dans mon dos et que ses lèvres ont rejoint mon front quand je mettais ma tête dans son cou. Jay avait l'habitude de dire qu'elle nous avait littéralement vu tomber amoureux devant ses yeux, que les câlins étaient la preuve évidente de ce que nous allions devenir, mais je n'avais que quatorze ans et je n'étais qu'une enfant pour lui. Comment aurait-il pu me voir comme ça à l'époque ? Même Daniel ne voyait pas les choses ainsi, alors qu'Emrys était son meilleur ami et qu'il traînait toujours dans la chambre avec nous... Et pourtant...
C'est à peu près à cette période aussi que les crises entre nous ont commencé. Parce qu'il devenait un adolescent, que les filles - autres que Jay et moi - n'étaient plus toutes berk, mais des beautés attirantes qu'il aimait à regarder, à inviter. Et j'avais détesté toutes ses filles qu'il avait préféré à nous. J'avais détesté que du jour au lendemain, il nous ferme sa porte parfois... « Jay... tu as une chambre aussi. Et puis Maddy est là et comme avec Dan, tous les trois on a un exposé à faire, elle voudrait qu'on travaille dessus... » Les rires de Maddy qu'on entendait depuis la chambre de Jay... ou ceux de Penny ou d'Emma... J'avais détesté tous ses rires. J'avais détesté savoir qu'une autre fille que Jay ou moi avait droit aux câlins sur son lit, alors j'avais fait la tête. J'avais boudé comme une enfant, m'était moquée de lui et en l'espace de quelques semaines, nous étions devenus comme les pires ennemis, ne trouvant le répits que lorsqu'il n'y avait pas de fille dans l'équation, quand c'était de nouveau Jay, Dan, lui et moi. Daniel s'était tant moqué de moi à l'époque, clamant à son tour que j'étais amoureuse de Rhys. Amoureuse d'Emrys ? Mais bien sûr. Comme si ça pouvait être ça. Comme si ça pouvait avoir de l'intérêt...

Chapitre 3 – Comment la paysanne devint la princesse.
« Mais tu l'es, Pep's... », avait-il dit deux ans plus tard en prenant mon visage en coupe. J'avais relevé des yeux tous mouillés vers lui. « Quoi ? », avais-je reniflé, le nez probablement complètement rougit, les larmes baignant mon visage. Il avait souri tendrement, caressant mes jours, approchant si près de moi que je sentais son souffle sur mon nez, mes jours et ma bouche. « Tu es vraiment belle Pepper. Tu es même magnifique. » J'avais gémit, baissant les yeux, regardant mon état lamentable. Ma belle robe était toute froissée, ma coiffure ne devait plus ressembler à rien, les mèches éparses et emmêlées en témoignant. J'avais une chaussure à la porte, une autre encore accroché à mon pied et j'étais enroulé dans un vieux plaid d'Emrys. Comment pouvait-il dire que j'étais magnifique ? « Avant, peut-être », soufflais-je en regardant mes genoux, refusant de relever les yeux vers lui maintenant. « Et je m'occuperais personnellement de celui qui t'as mis dans un tel état », avait-il promis, le ton de sa voix trahissant sa sincérité et l'effort que cela avait dû lui prendre de conserver des gestes doux, alors que cela bouillonnait en lui. « Te faire pleurer, te dire que tu n'en vaux pas la peine, que tu n'es pas attirante. Ce type est débile et je vais lui faire savoir ma façon de penser... » J'avais posé mes mains sur les siennes, relevant la tête, le regardant avec de grands yeux surpris. « Pourquoi ? », avais-je demandé. « Parce que... », avait-il soufflé avant de fondre sur ma bouche.
Il m'avait donné notre premier baiser ce soir-là. Alors que j'étais dans un état pitoyable, pleurant le mal que m'avait fait mon infidèle de petit copain, je l'avais rejoint lui, sans comprendre pourquoi de prime abord. Je n'avais pas voulu réveiller Jayleen pour lui révéler que mon petit copain était un idiot qui m'avait insulté dès que celle avec qui il me trompait était apparu pour l'embrasser devant moi, révélant la supercherie. Je n'avais pas voulu me fondre dans les bras de mon frère, de peur que celui-ci parte directement faire payer mes pleurs à l'infâme crétin. Rhys m'avait semblé être une évidence et à bien y réfléchir, je n'avais voulu les bras de personne d'autre.
Nous ne nous étions plus quitté après ça. Pas une fois. Bien sûr, ça n'était pas tous les jours faciles. Nos caractères, nos projets, nos ambitions... Il fallait composer avec tous les jours, mais les moments de paix étaient un vrai nirvana. Emrys était doux, romantique,... sincère. Notre histoire était belle et magique. Nous vivions déjà presque comme une famille. Lui et moi, ça n'avait fait que renforcer les liens de nos deux familles. Ça n'avait que coulé de source. Même Dan, pourtant si prompt à jouer les grands frères sur-protecteur, avait laissé Emrys en paix assez rapidement, ne lui en ayant jamais vraiment voulu d'être tombé amoureux de sa petite sœur chérie. Nous étions jeunes, fous amoureux d'année en année et nous avions la tête pleine de projets. Un vrai conte de fée...

Chapitre 4 – Le happy end n'existe pas.

Ils mourraient. Tous... Ils mourraient tous les uns après les autres.
L'un des pères de Jayleen et Emrys nous avait quitté l'an dernier. Un voleur de bijouterie, une arme à feu et le conte de fée vira au cauchemar en un éclat. Ils avaient perdu un père, j'avais perdu un repère. Et je me suis raccroché à mes amours de toujours. Parce que j'avais besoin d'eux et j'avais surtout besoin d'être là pour eux. Jay et Rhys qui perdaient un père et avaient plus que jamais besoin de moi, papa Snow-White qui avait tant de mal à se remettre de la perte de son amoureux, maman, totalement désemparé par la perte d'un de ses amis les plus précieux, Dan qui avait perdu l'un de ses modèles masculins. La perte fut difficile pour tout le monde, mais on s'était accroché, tous ensemble... pendant deux mois... jusqu'à ce que ce soit mon tour de perdre totalement pied.
« Je suis vraiment désolé, mademoiselle O'Connor, mais la voiture de votre frère a été impliquée dans un carambolage sur l'autoroute. Votre mère est décédée sur le coup, je vous présente toutes mes condoléances. Quant à votre frère, il a été conduit à l'hôpital de toutes urgences, les médecins font tout ce qui sont en leurs pouvoirs pour lui, mais les nouvelles ne sont vraiment pas bonnes et... »
Rhys n'avait pas laissé l'agent de police continuer et m'avait conduit à l'hôpital le plus rapidement possible. Comme prédit, Dan n'avait pas eu une chance. L'inévitable n'avait été que retardé par l'intervention des secours et je l'avais perdu, lui aussi... Mon monde entier s'était effondré. En une nuit, en une seconde, j'avais tout perdu.
Et Emrys ? Et Jay ?...
Oh mon dieu, avais-je songé soudainement au coeur de l'enterrement de tout ce qui composait ma famille. Le jour de l'accident, ils avaient été en route pour me rejoindre. Nous devions tous aller manger au restaurant pour l'anniversaire du père de Jay et Rhys. Un moment de bonheur dans la tourmente. A cause du bénévolat à l'hôpital, Jay devait venir de son côté, avec son père, mais Emrys aurait dû se trouver dans la voiture avec Dan et maman. Il n'avait pas été à l'intérieur uniquement parce qu'il m'avait fait une surprise, avait pris son après-midi et l'avait passé avec moi... Mais dans le plan initial, Dan devait le récupérer, puis aller chercher maman. S'il n'avait pas pris sa journée, Emrys aurait été dans la voiture avant eux... Emrys aurait été dans un cercueil lui aussi et au lieu de faire l'éloge d'un frère et d'une mère, j'aurais eu à faire l'éloge d'un frère, d'une mère et d'un amour...

Chapitre 5 – Je préfère souffrir que le voir mourir.
« Je ne peux pas... », avais-je soufflé contre le torse d'Emrys une semaine plus tard, alors qu'assise sur notre lit, je pleurais dans ses bras un énième cauchemar à trois cercueils. « Je ne peux pas... je suis désolée... »
J'avais quitté ses bras en courant, m'enfermant dans la salle de bain en me bouchant les oreilles pour ne pas entendre ses supplications de revenir, de lui expliquer, de ne pas affronter ça seule dans mon coin. Je n'étais ressortie qu'après de longues minutes, n'osant pas regarder Rhys, ne voulant surtout pas le regarder, sachant qu'un regard m'aurait empêché de suivre mon plan. Je m'étais habillée, avait rempli un sac avec autant d'affaires que possible, luttant sans un mot contre Emrys pour le terminer et m'étais jetée dans ses bras, une dernière fois, juste une dernière fois, le front plaqué contre son torse chaud, mes doigts désespérément encré sur ses hanches. « Ne fait pas ça... », m'avait-il supplié plusieurs fois, me brisant le cœur à chaque fois un peu plus. « Je suis désolée... Pardonne-moi... Je ne peux plus t'aimer... »
Je m'étais arrachée douloureusement à ses bras, avait pris mon sac et m'étais enfuie, sans un regard en arrière, posant ma paire de clé de l'appartement sur le meuble de l'entrée avant de claquer la porte. J'avais ensuite filé dans la nuit, ne m'arrêtant de rouler qu'au petit matin pour regarder le levé de soleil. A l'extérieur de Savannah, j'avais pris une chambre d'hôtel pour me reposer, enchaînant cauchemar sur cauchemar, pleurant toutes les larmes de mon corps et plus encore à chaque fois que mon téléphone sonnait, Emrs ou Jayleen essayant désespérément de me joindre. J'étais restée dans cette chambre à pleurer jour et nuit, sans jamais répondre à mon portable, sans donner de nouvelles à personne, pleurant corps et âme tout ce que j'avais perdu, de gré ou de force.
« Salut Jay... », avais-je soufflé lamentablement quarante-huit heures plus tard, sur le pas de sa porte, après m'être assurée qu'elle était seule. J'avais serré ma meilleure amie dans mes bras et avait entamé la conversation sur un sujet des plus anodins, refusant catégoriquement de lui dire où j'étais les deux jours qui avaient précédé, lui disant que cela n'avait pas d'importance, que ce qui importait, c'était l'idée que j'avais eue pour développer mon café-librairie.
J'avais évité soigneusement tout sujet portant sur Emrys, sur nous, sur moi. J'avais dit à Jay que j'avais un endroit pour dormir - j'avais passé les quinze premières nuits sur un lit de camp dans la réserve de mon café, avant d'enfin trouver un tout petit appartement à proximité -, je lui avais dit que mon travail était tout ce qui comptait et j'avais évité Emrys depuis, avec une précision des plus parfaite. Jamais les mots n'avaient été prononcés. Jamais je n'avais dit que j'avais définitivement quitté Emrys, que je ne voulais plus être avec lui, ni n'avait expliqué les raisons de cette séparation brutale, mais les faits étaient bien là. Je n'étais plus avec lui et cela me brisait le cœur. Mais comment faire autrement ? J'aurais quitté Jayleen aussi, si cela ne m'avait pas totalement brisé le cœur, mais quitter Emrys avait déjà fait de moi une épave, je savais que quitté la seule personne qu'il me restait, perdre ma sœur de cœur, aurait fini de m'achever et le chagrin m'aurait conduit à la mort.
Alors, je me suis raccroché à elle. Depuis des mois, je ne me raccroche qu'à elle, feignant le bonheur retrouvé pour la soulager de la crainte et de la douleur de nous voir mal, son frère et moi. Depuis des mois, je me noie dans le travail, prétendant que je n'ai besoin de rien de plus, que cette nouvelle vie me convient parfaitement et je remercie chaque jour Jayleen de se taire sur le sujet, de fermer les yeux sur la vérité et d'accepter que pour moi, même si elle n'est pas parfaite, mon existence est bien mieux comme ça...

Chapitre 6 – La souffrance est mon fardeau. Elle ne devait pas être la tienne...
Et pourtant, nous souffrons tous les deux. Emrys et moi. Je ne l'ai vu qu'une fois jusqu'à présent, un acte non prémédité, un rendez-vous avec le chef des pompiers qu'il a préféré confier à mon ancien petit-ami, inconscient du mal que cela nous ferait à tous les deux... et je l'ai revu. Plus d'une année après, je me suis à nouveau retrouvée face à face avec lui et la réalité m'a frappée aux yeux. J'aime et j'aimerais toujours Emrys Snow, de tout mon cœur et de toute mon âme. Mais je ne peux pas me le permettre. Ce qu'il est... ce qu'il vit par ma faute. Cela m'est intolérable et c'est exactement pour cela que je ne peux pas revenir en arrière. Parce qu'il doit vivre heureux. Et avec moi, il ne sera jamais qu'un mort en sursit... Emrys plus que toute autre personne mérite une femme qui voit l'avenir avec lui et pas le jour où elle devra le mettre en terre.



Dernière édition par Pepper S. O'Connor le Mar 10 Mar - 17:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 212
Points : 1498
Ici depuis : 23/02/2015

MessageSujet: Re: Pepper ⊰ J’oublie toujours, de t’oublier... Mar 10 Mar - 1:10

Bon retour parmi nous Pep's d'amour ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://happily-ever-after-2.easyforum.fr


avatar

Messages : 46
Points : 1948
Ici depuis : 09/03/2015

MessageSujet: Re: Pepper ⊰ J’oublie toujours, de t’oublier... Mar 10 Mar - 10:56

Ma Pep's ♥

Juste augmenter ton âge de un an comme HEVA a un an à la base Smile Après libre à toi de rajouter sur ta fiche là où tu en es avec Rhys aussi Smile
Les deux formulaires ne sont pas obligatoires, tu peux n'en choisir qu'un seul si tu veux comme faire les deux pour plus de précisions Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 34
Points : 1219
Ici depuis : 10/03/2015

MessageSujet: Re: Pepper ⊰ J’oublie toujours, de t’oublier... Mar 10 Mar - 12:35

Merci mes amours

Ah ouais, zut, j'vais augmenter l'âge ^^

Je sais pour la fiche, ne t'en fais pas ! Mais j'avais vraiment envie de faire celle sous forme de questions, mais j'veux pas perdre non plus toute l'histoire que j'avais écrite, donc je préfère la conserver ici aussi, tout en m'éclatant à répondre aux questions. Ouais, j'suis chiante XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 212
Points : 1498
Ici depuis : 23/02/2015

MessageSujet: Re: Pepper ⊰ J’oublie toujours, de t’oublier... Mar 10 Mar - 17:26

Hourra tu es des nôtres !


   
Eh oui ! Tu fais désormais partie de la très sélecte liste des membres validés ! BRAVO mon lapin    Mais attention, ton aventure ne fait que commencer ! Il te reste deux ou trois trucs à faire. Avant toutes choses recenses ton avatar afin d'apparaitre dans le bottin et ne pas te faire piquer ton avatar.

   Maintenant tu peux te faire pleins d'amis ! Eh oui ! Va donc découvrir le monde des fiches de liens de la mort qui tue, te trouver un logement qui claquera sa maman et court vite RP avec nous tous !    Si tu es sympa tu peux aller voter sur les Tops Sites, au moins tu nous fileras un coup de patte pour que l'on soit un peu plus connu.   Et si tu te sens seul, crées-toi donc un scénario d'amour (ou non). Le plus important reste que tu nous aimes fort fort fort (allez ne mens pas on le sait !).  
   

   


   © Sensatiion
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://happily-ever-after-2.easyforum.fr



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Pepper ⊰ J’oublie toujours, de t’oublier...

Revenir en haut Aller en bas
 

Pepper ⊰ J’oublie toujours, de t’oublier...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "J'oublie toujours, de t'oublier." PV, Liévre
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Oublie de fermer la chambre à clé (pv Vassago).
» Il faut oublier le passer pour vivre dans le présent [Logan]
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happily Ever After 2.0 :: - Le commencement - :: It's the circle of life ! :: ♣ Welcome !-